HÜRNER Schweisstechnik soutient le SOS Village d'Enfants en Algérie

Ville divisée, conditions de vie précaires pour de nombreuses gens

Il existe en Algérie, à l’heure actuelle, un SOS Village d’Enfants, un SOS Foyer d’Adolescents, un SOS Jardin des Enfants et un SOS Centre Social. L’Algérie a la réputation d’être un pont entre l’Europe continentale et l’Afrique. Malgré la découverte de gisements importants de pétrole et de gaz, beaucoup d’Algériens sont confrontés à la pauvreté extrême. Dans la seule Alger, des milliers d’enfants à la rue se battent pour survivre, sans le moindre soutien familial. Les SOS Villages d’Enfants s’engagent en vue de la protection et du soutien au profit des enfants et adolescents du pays.

 

 

SOS Village d’Enfants en Algérie

 

Les SOS Villages d’Enfant décidèrent de mener une action en Algérie en octobre 1980, suite à un tremblement de terre désastreux. Le premier SOS Village d’Enfants ouvrit ses portes en 1981, au centre même de la capitale, Alger.

Au mois de mai 2003, un programme d’urgence des SOS dut être mis sur pied suite à un autre tremblement de terre qui avait frappé massivement la côte méditerranéenne du pays. La catastrophe anéantit des milliers de maisons. Les SOS Villages d’Enfants assistèrent dans la mise à disposition des denrées alimentaires, produits d’hygiène, sacs de couchage, et autres éléments de première nécessité qu’il fallait aux victimes du tremblement de terre.

En 2005, un programme de renforcement des familles des SOS fut mis en place afin de donner aux enfants en péril de perdre le soutien des parents la possibilité de grandir dans un environnement chaleureux et familial.

Actuellement, l’organisme soutient les enfants et adolescents d’Algérie par l’intermédiaire de crèches et de centres médicaux. Les enfants qui ont perdu leurs parents ou ne peuvent plus vivre au sein de leur famille trouvent un accueil chaleureux dans un environnement proche du cadre familial, la Famille du SOS Village d’Enfants.

En rentrant du jardin des enfants

La situation des enfants en Algérie

 

En Algérie, on compte environ 550 000 enfants orphelins ayant perdu un ou les deux parents. La majorité de ces enfants grandit sans le soutien et la protection parentaux ou dans un cadre familial précaire. L’exclusion sociale, la pauvreté et le manque de soutien familial sont les raisons qui font que des milliers d’enfants s’associent à des gangs criminels. Les orphelins, en plus, sont les enfants les plus susceptibles de se faire exploiter de toutes les manières.

Des rapports montrent que la pédophilie continue à être un problème de taille en Algérie. Bien des cas ne sont pas portés à l’attention des autorités et les lois mises en place pour lutter contre les abus dont les enfants sont victime n’ont entraîné des poursuites pénales que dans un petit nombre de cas.

La scolarité est généralement gratuite en Algérie et à l’enseignement est obligatoire pour les enfants jusqu’à l’âge de 16 ans.

Le taux élevé de chômage et le taux relativement élevé de jeunes en rupture de scolarité au niveau du secondaire sont quelques-unes des raisons de la délinquance adolescente assez élevée en Algérie. La plupart des enfants qui sont réduits au travail forcé ne vont pas à l’école et ne bénéficient ainsi même pas d’une scolarité de base.

Être enfant à la rue, en Algérie, signifie une vie en marge, face à la mort. La violence, la faim, l’abus des stupéfiants –  voilà la réalité quotidienne de ces enfants.

Il a été possible, au cours des dernières années, de réduire considérablement le taux de mortalité postnatale. En revanche, à 29 sur 1000 naissances, il multiplie par sept environ le même chiffre statistique en Autriche. Six pour cent des enfants nés en Algérie présentent un poids corporel en dessous de la normale à la naissance.